02/05/2017

La marijuana au travail

Toute conversation sur la marijuana doit commencer par reconnaître qu’il existe deux facettes distinctes :  la marijuana récréative et la marijuana médicale.  Différentes utilisations nécessitent différentes approches pour gérer l’utilisation de marijuana au travail.
 

Usage récréatif

La marijuana reste une drogue illicite.  Une loi a été déposée, mais n’a pas encore permis de dépénaliser la possession, la distribution et l’utilisation de la drogue.  Les politiques générales régissant l’utilisation d’alcool et de drogues s’appliqueraient aussi actuellement à la marijuana et dans le cas où elle serait dépénalisée.
Le standard s’appliquant à la régulation ne concerne pas l’emploi, mais davantage l’intoxication au travail.  Le défi consiste à déterminer comment établir le degré d’intoxication permis. Lorsqu’il est question d’alcool, un simple test vous dira si le taux d’alcoolémie dans le sang d’un employé dépasse la limite autorisée.  Cependant, avec la marijuana, ses effets peuvent rester dans le système pendant un maximum de 24 heures, mais le degré et la durée de l’intoxication peuvent varier grandement selon les personnes, rendant ainsi difficile de déterminer si la limite autorisée a été dépassée. 

La marijuana médicale

La marijuana médicale est autorisée par la loi.  Elle est fournie par le gouvernement pour assurer la sécurité des personnes.  
Elle peut être prise de différentes manières : par voie orale, par crèmes topiques et par inhalation, soit la méthode classique.  La marijuana est souvent consommée pour soulager les douleurs chroniques, contrer l’insomnie et aider à atténuer les effets de la chimiothérapie. 
Comme tout employé souffrant d’une maladie, mais qui continue de travailler, un employeur doit s’adapter à ses critères jusqu’au point de la contrainte excessive.  Cela peut nécessiter de lui fournir un endroit sécuritaire pour administrer son traitement et entreposer son médicament.  Cela peut aussi comprendre de protéger les autres employés de la fumée secondaire et de s’assurer que l’odeur propre à la marijuana ne les affecte pas.   Si l’employé occupe un poste pouvant compromettre sa sécurité, les tâches de celui-ci pourraient être modifiées.
La marijuana médicale n’a pas reçu de numéro d’identification du médicament (DIN) par Santé Canada.  Elle n’est généralement donc pas couverte par un régime d’assurance collective.  La plupart des régimes exigent qu’une prescription comporte un DIN avant qu’elle puisse être autorisée. 
Cependant, dans certaines situations, il est déjà arrivé que ce médicament ait été couvert.  Dans un cas, l’employé était membre d’une fiducie de santé et de bien-être (FSBE) et le régime refusait sans cesse la demande, car ce médicament ne possédait pas de DIN.  Le langage de cette fiducie ne nécessitait pas automatiquement qu’une prescription possède un DIN pour qu’elle soit acceptée.  En tant que tel, le régime a dû couvrir  les coûts comme elle l’aurait fait avec tout autre frais de médicaments. 
Habituellement, les allocations de dépenses pour soins de santé ne possèdent pas les mêmes restrictions qu’un régime traditionnel. Les prochaines prescriptions dépourvues d’un DIN sont autorisées.

Évaluation de la politique des prestations

Les employeurs ont besoin de déterminer si la marijuana médicale est quelque chose qu’ils veulent couvrir sous leur régime et s’assurer que le langage de leurs politiques reflète ce choix.  Pour la majorité, jusqu’à ce qu’un DIN soit donné par Santé Canada, l’achat de marijuana médicale ne peut être couvert.  Une fois que cette situation aura changé, les sociétés d’assurances devront choisir si c’est quelque chose qu’elles veulent inclure dans leurs formulaires de médicaments standards (liste des médicaments couverts) et si tel est le cas, si la marijuana sera traitée comme un médicament doté d’une autorisation spéciale ou comme un traitement de dernier recours nécessitant une preuve médicale avant l’approbation du remboursement.
 
Retour à Bulletin Avantages

Bulletin Avantages

02/11/2017 À venir en 2018

Divers gouvernements au Canada ont annoncé des modifications législatives qui entreront en vigueur le 1er janvier 2018 qui pourraient avoir.

Lire la suite Voir tous les messages

Santé et bien-être

01/12/2017 Conseils de survie en avion

Si vous prenez souvent l’avion, vous devez probablement déjà suivre rigoureusement une routine lorsque vous êtes à l’aéroport ou dans.

Lire la suite Voir tous les messages

GMS Quiz Coin

01/05/2016

Merci de jeu!

Laissez-nous concevoir un programme d’avantages sociaux créatif et durable pour vous.

Obtenez votre consultation gratuite